“Qu’est-ce t’as? T’es énervée! T’as tes règles?”

Quelle est la femme qui n’a jamais entendu une phrase de ce genre? Si tel est votre cas, bravo! Vous êtes entourée de personnes de sexe masculin tout à fait intelligentes et respectueuses. Mais pour les autres, une seule chose à dire: bienvenue au club!

A présent que je suis adulte et que j’ai (presque) toutes me dents, je me permets de répondre à ce genre de phrase en disant quelque chose comme:

Oui, j’ai me règles! Toi aussi essaie d’avoir une hémorragie tous les mois et on verra si t’arrives à rester de bonne humeur, OK?

Bon, pour élever un peu le débat, je vous propose un petit voyage dans le cycle féminin, ses secrets, ses joies et ses peines. C’est parti!

Cycle féminin, acte 1: les règles

Le cycle féminin: les règles

Cela va peut-être vous surprendre mesdames mais quand vous avez vos règles (ah oui au passage, s’il vous plait, ne dites plus les ragnagnas ou un truc dans le genre, on a des règles et on n’a pas à en avoir honte, ok? Merci). Donc je disais, quand vous avez vos règles, vous êtes au top de votre zénitude. Si, si! C’est pas moi qui le dis mais la science.

Notre taux de sérotonine est au top donc on est happy à l’intérieur de nous et ça se voit à l’extérieur de nous. On sourit, la vie est belle. On regarde le monde qui nous entoure avec des petites lunettes roses.

C’est le moment pour:

  • aller vers les autres et se faire des amis (cependant, je ne conseille pas de commencer la conversation par ‘j’ai mes règles, tu veux être mon ami?’)
  • faire un cadeau à son conjoint ou toute autre personne qu’on a un peu délaissée
  • faire plein d’activités avec ses enfants car à ce moment-là, on les aime (après c’est pas sûr)
  • travailler en équipe (on les aime nos collègues, même Patrick et ses blagues lourdaudes)
  • être créative (on ressort le macramé qu’on a commencé l’année dernière)

C’est pas cool:

Alors, oui, certaines souffrent de règles douloureuses et d’horribles crampes. Mais que voulez-vous, on ne peut pas tout avoir!

Cycle féminin, acte 2: pré-ovulation

Les règles sont passées, youpi! Les taux d’œstrogène et de testostérone atteignent un pic. On rentre dans la phase de fertilité. On veut plaire aux mâles (futurs géniteurs potentiels). Nos sens sont en éveil, surtout l’odorat (bonjour le monsieur qui n’a pas mis de déo ce matin…), on se sent bien, au top de notre forme mentale et physique. Bonus: pendant cette période, on a tendance à moins manger. Ben oui, c’est logique. On fait un petit régime pour plaire aux mâles qui nous entourent (non parce qu’ils aiment bien les femmes avec des rondeurs mais faut pas exagérer non plus!)

C’est le moment pour:

  • comme le dit très bien Cosmopolitan, aller se faire épiler le minou chez l’esthéticienne car notre corps est moins sensible à la douleur (et en plus si on veut séduire…)
  • prendre les bonnes décisions: si on veut quitter Jules (parce qu’il ne met pas de déo), c’est le moment! Notre clairvoyance est au sommet.
  • faire l’amour: notre libido est à son apogée, orgasme assuré!
  • se regarder dans le miroir, se trouver belle et se le dire
  • aller faire du shopping pour profiter de notre taille de guêpe

C’est pas cool:

Comme on a envie de plaire, on va avoir tendance à plus dépenser en vêtements et cosmétiques. Une seule solution: aller séduire votre banquier.

Cycle féminin, acte 3: post-ovulation

On rentre dans la phase pas terrible. Nos taux œstrogène et de testostérone sont au plus bas. Nous sommes irritables. Notre corps tourne au ralenti, nous n’avons rien envie de faire. Notre libido fait grise mine. Vous voulez quand même une bonne nouvelle? Nous brûlons à ce moment-là, jusqu’à 30% d’énergie en plus!

C’est le moment pour:

  • aller à la salle de sport et enfin utiliser l’abonnement qui nous coûte cher chaque mois
  • rester en pyjama à la maison et regarder Netflix toute la journée (je vous donne des idées de séries à regarder ici et )

C’est pas cool:

Notre patron ne va pas comprendre.

Cycle féminin, acte 4: le syndrome prémenstruel

Le syndrome prémenstruel
C’est pas ma faute, c’est le syndrome prémenstruel!

Le fameux, le vilain, c’est lui! Ou je pourrais même dire, eux! Parce que s’il n’y avait qu’un désagrément, ça se saurait! C’est la grosse lose. Nous sommes déprimées, anxieuses, irritables. Nous avons du mal à dormir car la température de notre corps augmente et cela perturbe le sommeil. Notre digestion est contrariée; à nous les ballonnements, la diarrhée ou la constipation. Nous avons des douleurs partout. Et en plus, nous souffrons de fringales! Notre corps se prépare au cas où nous tomberions enceintes… Il est sympa!

C’est le moment de:

  • disparaitre de la circulation
  • crier sur tout le monde en disant bien que ce n’est pas de notre faute et c’est vrai!

C’est pas cool:

Tout le monde s’en moque que vous ayez vos règles. Ça fait même rire Patrick à la machine à café de voir votre tête de déterrée parce que vous n’avez pas dormi, parce que vous avez mal partout, parce que vous êtes déprimée. Alors vous allez devoir faire semblant que vous allez bien, que vous n’avez pas envie de mourir, pas envie de divorcer parce que vous ne supportez plus votre conjoint, que vous adorez vos enfants alors que vous avez envie d’en faire de la chaire à saucisse.

Bref, vous êtes une femme, alors vous allez devoir serrer les dents et ne pas réellement écouter votre cycle parce que le monde n’est pas vraiment fait pour nous, désolée de vous l’apprendre. Et comme nous sommes fortes, de vraies guerrières et qu’on absorbe tout, personne ne s’en rend compte.

Alors, on commence à écouter notre corps quand les filles?

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.