On dit souvent que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. Aujourd’hui, je n’ai pas honte de le dire: j’ai changé d’avis!

Si vous vous êtes déjà baladé sur mon blog (et vous avez bien raison parce que franchement on y trouve des trucs sympas, je dis ça, je dis rien!), vous avez peut-être lu l’article Pourquoi je ne comprends pas la notion de charge mentale. Dans cet article (que je ne renie aucunement et vous compredrez pourquoi à la fin), j’évoque cette notion dont on parle de plus en plus et j’explique que je ne la comprends pas tout à fait et que peut-être, nous les femmes avons notre part de responsabilité.

Cet article, je l’ai écrit en décembre dernier. Depuis, que s’est-il passé depuis qui m’a fait reconsidérer la chose? Un seul mot: JUIN!!!

D’habitude, j’essaie au maximum de parler des parents et pas seulement des mamans. Mais aujourd’hui, excusez-moi les papas, mais je vais être obligée de faire la différence car selon moi, il existe un fossé entre nos 2 étés et cela commence dès le mois de juin (voire avant pour certaines d’entre vous j’en suis sûre).

Ah le mois de juin! Synonyme de longues journées ensoleillées, d’apéros en terrasse, de bronzette au bord de la piscine. Mais ça c’est avant de devenir maman. Parce qu’une fois qu’on a des enfants (et surtout à partir du moment où ils rentrent à l’école), le mois de juin rime avec ORGANISATION à gogo!!

Il faut penser:

  • aux kermesses (voir mon article Comment survivre à une kermesse d’école) et aux autres spectacles de fin d’année de l’école (en plus des kermesses), des clubs de sport, de l’école de musique…
  • à prévenir les membres de la famille qui pourraient être potentiellement intéressés par tout ça
  • à prévenir les écoles/clubs de sport/écoles de musique de qui viendra assister au spectacle
  • à redonner les infos aux invités 10 fois avant le spectacle
  • à rectifier auprès des écoles le nombre d’invités parce que Tata Huguette s’est rendu compte qu’elle préférait aller à son club de scrabble et que Tonton Marcel s’est dit la veille du spectacle que finalement ça serait chouette de venir
  • à préparer les 50 crêpes et les 4 gâteaux que l’on a promis de faire pour les différentes manifestations
  • à prévoir les tenues, les accessoires que les enfants devront porter
  • à organiser les grandes vacances: prévoir les modes de garde, les inscrire au centre aéré, négocier avec les grands-parents, gérer les demandes de soirées pyjamas…
  • remplir les documents pour la rentrée et se demander quel TAP notre enfant aimera faire au mois de décembre
  • aller acheter les fournitures scolaires et commencer à se demander quels vêtements il faudra racheter vu que le dernier a pris 2 tailles cette année…

Et bien sûr en parallèle, gérer son propre travail et tout ce que l’on fait habituellement à la maison qui ne disparait pas comme par enchantement.

Vous êtes épuisé en lisant tout ça? Tant mieux, c’est le but! J’aimerais que vous vous rendiez compte de ce qu’il se passe dans ma tête en ce moment et depuis le mois de juin et qui est vrai pour beaucoup de mamans j’en suis sûre. J’en veux pour preuve un article que j’ai lu ce matin sur le site de LCI: La charge mentale des mères : elle pèse tout autant (voire plus) pendant les vacances !

Plus d’un tiers des mamans (41%) va jusqu’à affirmer que l’organisation de la vie de famille pendant l’été est plus stressante qu’un déménagement, un mariage, un déménagement ou une demande de prêt.

LCI

Dans l’article, la journaliste avance l’explication de la pression des réseaux sociaux: les femmes se mettraient la pression pour organiser les vacances parfaites pour leurs enfants pour atteindre le Graal de la vie Instagrammable!

Je suis partagée sur cette vision. Je dénonce souvent les réseaux sociaux et la pression qui en découle. Et je pense que cette vision des choses est peut-être vraie pour les nouvelles générations. Mais franchement, en ce qui nous concerne moi et les femmes de ma génération, les réseaux sociaux sont le cadet de nos soucis! Nous ne faisons pas ça pour la gloire, mais simplement parce qu’il faut bien que quelqu’un le fasse! Il faut bien organiser toutes ces kermesses, il faut bien prévoir ce que feront les enfants pendant les vacances. Fini le temps ou les grands-parents habitaient systématiquement à côté des parents et qu’ils s’occupaient des enfants pendant 2 mois. Maintenant les retraités sont plus actifs que nous et nous font bien comprendre qu’ils ont d’autres projets ou bien ils habitent loin, tout simplement.

Dénoncer les réseaux sociaux revient selon moi à dénoncer les femmes qui seraient un peu superficielles et qui ne penseraient qu’à leur image. C’est beaucoup trop réducteur voire injurieux. Nous les femmes subissons la charge mentale estivale car il n’y a personne d’autre pour le faire tout simplement. Parce que c’est comme ça depuis des générations, parce que les papas se disent ” c’est un truc de maman les kermesses et les cadeaux d’anniversaire”, parce que la société se dit “c’est un truc de maman tout ça”, parce que nous les femmes nous nous disons “c’est un truc de maman tout ça”…. Tiens, tiens, tiens, ma pensée me ramène à cela finalement.

Sommes-nous responsables de cette charge mentale? Et si l’année prochaine, au mois de juin, nous faisions la grève de l’été? Que se passerait-il à votre avis? Et si nous mettions les papas au pied du mur pour une fois? Si nous arrêtions de penser que nous sommes les seules à pouvoir/devoir gérer tout ça??

Et vous qu’en pensez-vous?

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.