“Tu es trop sensible”, “Prends un peu sur toi”, “Arrête de tout prendre à cœur”, “Il faut t’endurcir”.
Ces phrases, je les ai entendues des centaines de fois, si bien que j’ai longtemps cru que j’avais un vrai problème, une tare incurable. Je sentais que j’étais différente des autres. Pourquoi je pleurais aussi souvent? Pourquoi les autres n’étaient pas aussi révoltés que moi en regardant les infos? Pourquoi j’étais toujours plus fatiguée que mes copines?
Et un jour, je suis tombé sur une conférence Ted Talk d’Elena Herdieckerhoff ( The gentle power of highly sensitive people ) et là, j’ai compris. Je suis hypersensible.
Ce terme (créé par la psychothérapeute américaine Elaine N.Aron) est utilisé à tort et à travers. Ce n’est pas parce que vous pleurez un peu plus que votre voisin que vous êtes hypersensible. Il y a d’autres critères. Comme l’explique très bien l’article de l’Express Styles (Tous hypersensibles? par Rebecca Benhamou )
être hypersensible c’est avoir l’impression d’être en hémorragie permanente’.
C’est avoir une émotivité à fleur de peau, tous nos sens décuplés. L’hypersensibilité est un trait de caractère acquis dès la naissance (et probablement même avant). Les HSP (Highly sensitive people = personnes hyper sensibles, environ 20% de la population mondiale) font preuve d’un sens de l’empathie tellement important qu’ils se transforment en éponges émotionnelles. Les joies et les peines des autres sont intégrées et décuplées.
Laissez moi vous donner mon expérience.
**** Empathie: je ressens tous les sentiments des personnes qui m’entourent. Quand ils sont heureux c’est génial mais quand ils sont tristes ou en colère, je le ressens aussi de façon aigüe et j’ai du mal à m’en remettre. Je suis détruite par toutes les critiques, même les plus minimes. Les conflits? Je les fuis comme la peste.
**** Je ne peux pas regarder les JT car les images sont trop violentes, pareil pour les films d’horreur bien sûr. Après avoir regardé Shining, j’ai fait des cauchemars pendant 15 jours. J’ai regardé la 1ère saison d’American Horror Story: résultat, je ne peux plus descendre dans une cave!
**** Je suis très vite fatiguée. C’est normal! Quand on est HSP, on n’a pas de bouton off! Notre cerveau est toujours en action (où suis-je, où vais-je, dans quel état j’erre?) et nos sens sont en ébullition. Alors je dois faire attention à prendre des pauses sinon je deviens irritable. Vous voyez le problème quand on est une maman?
**** Mes 5 sens sont exacerbés:
  • le goût: je ne peux pas manger épicé. Petite anecdote: quand j’ai faim, je dois manger tout de suite sinon je me transforme en Mrs Hulk.
  • l’ouïe: je supporte difficilement le bruit; dans la voiture j’aime avoir du silence de temps en temps (ce que supporte difficilement Jules, accro de musique). Là encore, très difficile d’imposer le silence à 2 garçons pleins de vie!
  • la vue: j’ai souvent des maux de tête après être allée faire des courses dans un supermarché car il y a trop de lumières, trop de produits à regarder dans les rayons.
  • le toucher: j’ai souvent la sensation d’avoir la peau qui brûle, si bien que parfois je ne supporte pas le frottement des vêtements (pas très pratique en hiver!); je ne porte pas de bijoux, je suis d’ailleurs obligée de poser mon alliance dès que je rentre à la maison.
  • l’odorat (le sens le plus développé chez moi): je ne supporte pas certaines odeurs trop fortes comme des parfums que je ne peux pas oublier (même sur ma peau) et qui peuvent aller jusqu’à me donner envie de vomir; je n’aime pas le fromage car j’ai toujours trouvé que ça ‘puait’ (dixit moi enfant…mais encore maintenant!); je suis souvent la seule à sentir des odeurs (ce qui me vaut quelques moments de solitude).

Être hypersensible c’est être en hémorragie permanente. Comme le dit très bien Mamanlouve sur son blog , ‘être hypersensible, c’est se prendre en pleine tronche toute la violence du monde’.

Ce matin par exemple, j’ai vu qu’un petit garçon de 3 ans s’était fait asperger d’acide en Angleterre. J’ai pleuré pendant 5 minutes et quand je lis des choses comme ça, je me dis que vivre dans un monde d’une telle violence est trop dur (ne vous inquiétez pas, je n’ai pas d’idées noires).

Je donne souvent l’impression d’être une personne froide, cynique mais c’est pour mieux me protéger mon enfant. Car vous l’ignorez souvent mais nous les HSP sommes les victimes parfaites pour les manipulateurs en tout genre et croyez moi j’en ai fait bien souvent l’expérience…

Être trop sensible est souvent perçu comme une faiblesse. Dans notre monde, il faut être fort, compétitif, savoir faire face aux critiques et s’endurcir. Et encore, j’ai de la chance car je suis une femme! On sait tous qu’un homme qui pleure c’est touchant 5 minutes mais à force, il devient une __________ (vous compléterez). Mais si je vous dis que 50% des HSP sont des hommes, ça vous étonne non? Et pourtant les HSP peuvent apporter tellement à ce monde de brutes!

Nous sommes souvent des créatifs. Beaucoup d’artistes sont des HSP. Comme le dit Elaine N. Aron, les HSP ont toujours servi les guerriers en les prévenant et en les conseillant. Nous sommes aussi les premiers fusibles quand le système va à sa perte. Grâce à nous, on comprend mieux les problèmes psy parce que nous, on parle… Sinon, on repère plus de choses aussi grâce à une intuition très fine. On capte plus de nuances !

Et on écoute les autres, on les soulage de part notre grande bienveillance. Pas mal, hein?

J’ai envie de finir cet article par un message: s’il vous plait, ne dites plus à une personne hypersensible qu’elle est trop sensible: c’est comme dire à une personne aux yeux bleus que ce n’est pas bien! On n’y peut rien!! On est né comme ça et ce n’est pas une tare!

Elena Herdieckerhoff (l’intervenante de la présentation Ted Talk) a ces mots très justes en s’adressant aux HSP (et oh surprise j’ai pleuré en les entendant):

N’ayez pas honte d’être vous même. Arrêtez d’essayer de vous endurcir. Vous êtes de belles personnes. Ne vous sentez pas bizarres. Ce n’est pas vous qui avez un problème mais bien un monde qui considère que la corruption, la violence et la cupidité sont la norme.

Alors maintenant je relève le menton et je vous dis fièrement: oui je suis une maman hypersensible! Vous voulez savoir si vous êtes vous aussi hypersensible? Faites le test ici.

Cet article a été écrit avec l’aimable participation d’Auréalisation, la super hypersensible créatrice du blog La Boîte à Ressources.

2 Comments

  1. J’en avais aussi parlé sur mon blog il y a quelques mois: je suis également hypersensible. J’ai une très (trop) forte empathie, je fuis également les conflits, rien qu’une ambiance tendue entre plusieurs individus me met dans un état de profond malaise. J’ai un odorat sur-développé, je ne supporte pas la lumière ou les sons trop forts. Quand je me trouve dans les lieux bondés, je me sens très vide dépassée, trop de stimulations à la fois, je dois rapidement fuir. C’est très pénible au quotidien même si c’est utile dans son boulot de parent. Il semblerait que ma fille ait hérité de ma sensibilité, sa nounou m’a dit que c’est bien la première petite fille qu’elle garde qui supporte aussi mal de voir un bébé pleurer, que ça la met en état de profond désarroi. Elle est vite sur-stimulée aussi et son humeur est constamment calquée sur la mienne. Les chiens ne font pas des chats et j’espère lui apprendre à le pas voir cette hypersensibilité comme une tare mais comme un petit truc en plus à apprivoiser.

    • Merci beaucoup pour ton commentaire. Je vais aller voir ton article de ce pas. Oui c’est vraiment très difficile d’être hypersensible. Je vois bien que peu de gens me comprennent quand je dis que j’ai mal à la tête en allant au supermarché car il y a trop de bruits et de choses à regarder! J’ai cru pendant des années que j’étais anormale. Oui, il faut absolument que tu dises à ta fille que l’hypersensibilité est une force et non l’inverse! Si plus de personnes étaient comme nous, le monde serait plus beau!!

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.