Je suis ravie, non que dis-je, je suis surexcitée de commencer une nouvelle page de mon blog. Je suis encore partie du constat que souvent, nous les femmes (nous le chaaaarme), nous taisons nos difficultés de mamans, par peur du jugement, par honte, etc. Nous avons souvent le sentiment de moins bien y arriver que les autres. Mais combien de fois il faut que je vous le répète (il faut vraiment que vous alliez lire tous mes articles hein!), nous sommes toutes dans la même galère, même celles qui soit-disant arrivent à faire manger des salsifis à leurs enfants en leur donnant des allures de licornes. Et pour étrenner cette nouvelle page, j’ai le grand honneur d’avoir pu interviewer Isabelle, fondatrice du mondialement connu (si si Isabelle, ne rougis pas!) blog e-Zabel. Une femme pleine de vie, qui partage son quotidien, ses bons plans et ses coups de cœur et qui a bien voulu m’accorder un peu de son temps. Allez Isabelle, c’est à toi…
Bonjour, peux-tu te présenter?
Bonjour ! Je m’appelle Isabelle (bonjour Isabelle), j’avais 22 ans quand l’équipe de France de football a gagné sa 1ère étoile. J’habite Paris intramuros car je ne suis pas certaine de survivre à un passage de périphérique quotidien (oh ça va, je suis née dans le Val d’Oise, la banlieue c’est super) (paye tes références inconnues). J’ai deux enfants, ma fille de 13 ans et demi qui me dépasse presque (je mesure 1m72) et un garçon (choix du roi toussa) de tout juste 11 ans. Premier scoop : on survit à la petite enfance Première interrogation : vais-je survivre à l’adolescence… J’aime le chocolat noir. Je fais du sport chaque dimanche matin avec mon chéri et des amis et je ne peux plus m’en passer. Du coup, je peux manger du chocolat. Et boire des bières. Mes deux passions. Je suis une ultra active mais c’est pour mieux glander en fait. Parce que j’aime dormir. Et ça, mes enfants, bébés, l’ont très très vite compris : on ne fait pas chier maman la nuit (on se rattrape en journée). Je fais genre mais en fait je suis plutôt très organisée. Il faut savoir que je suis Directrice associée d’une agence, que je gère les enfants le soir et tout ce qui touche à nos loisirs/vie quotidienne. Oui, je porte la charge mentale du quotidien de manière déséquilibrée. C’est assumé dans le couple et ça me va très bien.
Et ton blog alors?
Quand j’ai ouvert mon blog, j’étais chef de projet éditorial dans une boite d’assurance, en gros, je gérais le contenu de sites intranet. Après la naissance de mon p’tit 2e j’ai fait une bien jolie dépression post natale. Rapidement prise en main par un psy, il m’a conseillé de faire quelque chose POUR MOI, j’ai ouvert un blog ! Alors attention, à l’époque, certes les dinosaures avaient disparu mais les réseaux sociaux n’existaient pas et il n’y avait aucune notion de MARQUES dans la blogosphère parentale. Donc, l’idée était vraiment d’écrire sur mon quotidien de jeune maman un tantinet débordée, un chouilla déprimée et totalement paumée car elle lisait partout que la maternité c’était vraiment un super kiff intergalactique et qu’en tant que bonne mère, je me devais de tomber en adoration devant mon bébé posé sur et tout juste sorti de mon ventre. Florence Foresti n’était pas encore mère. Ce blog a changé ma vie pour faire court. Au début, il m’a permis de tout lâcher via un ton humoristique (mais pas trash, j’y tiens), puis il m’a fait rencontrer des gens géniaux, certains sont désormais de vrais amis. J’ai eu des publications dans la presse, j’ai même fait des plateaux télé pour parler de mon aventure. J’ai échangé avec mes lectrices, quotidiennement, il parait que je les aidais. Tu parles : c’est elles qui m’ont aidé ! Et puis année après année, j’ai créé un réseau, j’ai acquis des compétences, j’ai fait évoluer mon métier. Notre petite famille a eu accès à des voyages et expériences extraordinaires.
Je suis désormais à mon compte, associée dans l’agence Com&Kids, spécialiste du secteur de la famille. Je m’y occupe des relations influenceurs et du social media. Nous sommes 4 à plein temps. C’est l’accomplissement ultime.
“Ce blog a changé ma vie!”
Peux-tu nous donner 3 adjectifs pour décrire la maman que tu es ?
Organisée : c’est la clé pour survivre en ce qui me concerne.
Sereine : mais je ne l’ai pas toujours été et j’y travaille encore régulièrement mais c’est essentiel pour aborder les étapes les unes après les autres le plus positivement possible.
Empathique : je suis très à l’écoute des sentiments des autres, et donc particulièrement de mes enfants. Ce qui ne m’empêche par contre absolument pas de leur hurler dessus quand je pète un câble… (je ne suis pas bienveillance donc)
Concilier vie de femme et vie de maman : exploit ou jeu d’enfant ?
Obligation surtout. Plutôt que de réfléchir à savoir si c’est facile ou pas, je vote pour passer du temps à le faire. La priorité c’est la maman dans le sens où les enfants sont des éponges, dès la gestation d’ailleurs. Si maman va bien, ça roule. Si maman souffre, ils le ressentent, le font comprendre plus ou moins maladroitement (je vous laisse deviner le plus ou le moins) et ils peuvent en souffrir. Donc ça va bien les cadeaux de naissance pour les enfants, pensez aux jeunes mamans et AIDEZ les (en les envoyant en thalasso par exemple).
“Pensez aux jeunes mamans et AIDEZ les!!”
Tes moments les plus durs de maman ?
Récemment : ces 2 dernières années scolaires de ma fille. En pleine adolescence, c’est TRÈS dur. Vraiment. Sinon, plus généralement quand tu les vois souffrir (une maladie ou un souci plus psychologique) La fatigue bien sûr. Et je dirai aussi les voir grandir et se repositionner sans cesse… avoir l’impression qu’on ne servira bientôt plus à rien… (attention, je suis hyper heureuse de les accompagner sur le chemin de la vie et de les y laisser faire la leur mais bon, voilà… j’aime me sentir utile).
Tes moments les plus doux ?
Quand elle est venue voir son piti frère la 1ere fois à la clinique. Quand il m’a demandé en mariage 🙂 : https://www.e-zabel.fr/sa-demande-en-mariage/ (il faut lire pour comprendre). Quand il veut qu’on “parle tous les deux sur ton lit”. Quand elle me réclame des gratouilles dans le dos et sur le crâne Quand… Quand je les vois… tout simplement
Si tu avais une machine à remonter le temps, que te dirais-tu à toi, enceinte de ton 1er enfant ?
« Profite bon sang, la 2e ne sera pas aussi cool avec un 1er à gérer ! » AH AH AH « Ah et tu te crois fatiguée là ? Attends un peu » Ouais je ne suis pas super cool avec mon moi-même (coucou retour vers le futur). Quels conseils pourrais-tu donner à une maman qui doute ? Tu n’as pas perdu tes neurones en donnant la vie donc un peu de bon sens et fais toi confiance !! Toi, tu sais. Les autres… dis leur te t’aider en apportant à manger/sortir les poubelles/t’envoyer en thalasso (oui j’insiste) plutôt que de pourrir avec leurs « conseils » NB : ceci n’est pas un conseil…
Pour finir, c’est quoi pour toi une maman qui déchire ? Une maman !
Merci Isabelle. Allez vite la retrouver ici! Et nous on se retrouve très vite avec une nouvelle maman qui déchire!!

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.