Si vous pensez qu’organiser un anniversaire pour son enfant c’est facile, c’est que
option n°1: vous êtes naïf
option n°2: vous n’avez pas encore d’enfant
option n°3: les 2
Si vous aimez lire des articles de blogs de mamans parfaites, vous avez certainement déjà vu des photos de ‘birthday cakes‘ (on ne dit plus gâteaux d’anniversaire, c’est ringard) tous plus beaux les uns que les autres. Les mamans parfaites organisent des activités magiques liées à l’univers préféré de leur enfant. Les licornes, les océans ou bien les pirates. Tout est beau, tout est bon, tout est rigolo, tout est facile.
Alors, quand nous avons voulu organiser le premier anniversaire de Junior, nous avons bien sûr décidé de le faire à la maison. Nous nous sommes souvenus, émus, de nos propres anniversaires organisés par nos parents respectifs. Les bonbons, les jeux, les fous rires. Quel bonheur! Junior allait vivre tout cela à son tour…..
Mais si vous devez retenir une chose de cet article c’est la suivante: Organiser un anniversaire chez soi = grave erreur
Comme l’anniversaire se déroulait au mois de mai, nous avions prévu plein d’activités à l’extérieur: une pêche aux canards avec des petits cadeaux à gagner, une chasse au trésor qui se trouvait être une pinata remplie de bonbons. Le délicieux gâteau au chocolat fait maison était prêt et on avait fait venir des bonbons directement de la chocolaterie de Charlie. Nous étions prêts à recevoir ces petits anges de 4 ans.
Quand les premiers invités sont arrivés, je n’ai pas réussi à lire l’expression dans le regard des parents pressés de laisser leurs enfants. J’ai bien vu de l’inquiétude sur leur visage. Je me suis dit qu’ils étaient peut être inquiets de laisser leurs enfants chez des quasi inconnus. Mais maintenant je sais: C’était bien de l’inquiétude mais pas pour leurs enfants…pour nous! Ils savaient ce à quoi on s’exposait. Ils avaient peur pour nous et ils avaient raison!
Ça y est. Ils étaient tous là. 6 garçons et filles. Il faut que je vous explique une loi mathématique non enseignée à l’école et pourtant essentielle à connaître:
1 enfant excité = 5 enfants
Vous faites le calcul. On était mal barrés…
Nous nous sommes rendus compte de notre erreur dès les 5 premières minutes lorsque Lucas les Gros Bras (qui doit bien compter pour 10 enfants à lui tout seul) avait décidé de montrer sa super grande force que même Batman il était tout nul à côté de lui en jetant tout ce qui lui tombait sous la main contre nos murs tout blancs qui n’allaient pas le rester longtemps à ce rythme là. Une fois Lucas sous contrôle, nous avons lancé la 1ère activité: la chasse au trésor.
J’ai oublié de vous dire que cette année là, les dieux de la météo n’ont pas été sympas avec nous car ils avaient décidé que le mois de mai serait remplacé par le mois de novembre avec une température proche de 0. La chasse au trésor s’est donc déroulée à l’intérieur dans une superficie limitée avec des murs (on se cogne dans des murs) et des portes (ça claque une porte, on se coince les doigts dans une porte).
Sans dénombrer aucune victime trop grave, les enfants sont arrivés jusqu’à la pinata. Ils étaient trop heureux. Vite vite! Il fallait la casser pour découvrir ce qu’elle cachait. Sont arrivés les bâtons pour la taper. Vous voyez le drame arriver? Vous vous dites ‘comment ont-ils pu être aussi naïfs?’….
Arthur le Dur a tout de suite vu le potentiel de ce bâton. ‘Arrête Arthur, Paul n’est pas une pinata. Il n’est pas rempli de bonbons!’. Nous avons recentré l’attention sur la pinata qui n’a pas survécu aux coups de 6 enfants affamés: paix à ton âme pinata…. Les enfants étant gavés de sucre, donc encore plus excités qu’avant, nous avons voulu enchainer avec la pêche aux canards. Là pas le choix, il fallait sortir. Nous sommes naïfs mais il y a des limites quand même. Nous avons donc enfilé les doudounes (merci Dieu Météo France) et nous sommes sortis braver le froid. Au bout de 5 minutes, les enfants ont commencé à avoir les lèvres bleues et les doigts sur le point de tomber. Il fallait vite rentrer mais Lucas les Gros Bras n’était pas content du tout et a voulu nous le montrer en renversant la bassine d’eau gelée sur les pieds de Junior qui n’en demandait pas tant et qui pour se défendre a eu la bonne idée de transformer la canne à pêche en épée. Quelques cris et pleurs plus tard, nous avons réussi à les séparer et à sécher Junior. Ses 10 orteils ont survécu.
L’heure du goûter était arrivé. Le meilleur moment. Nous allions enfin avoir un peu de répit. Mais les enfants d’aujourd’hui sont élevés en mode hyperactifs. Ils ne savent pas rester à table plus de 5 minutes. Trop de choses à faire vous pensez bien. Le gâteau Oui-Oui (Paul: ‘C’est quoi cette tâche bleue et rouge sur le gâteau? Beurk!’) a été englouti en moins de temps qu’il n’en faut pour dire ‘non, Juliette, on n’étale pas le gâteau sur sa jolie jupe en tulle’. Les verres de jus de fruits ont été bus ou renversés selon la dextérité des uns et des autres. Et les bonbons restant de la pinata ont été avalés ou collés sous la table comme nous allions nous en rendre compte dès le lendemain.
La fin de l’anniversaire est un peu floue dans ma mémoire, comme si j’avais voulu l’occulter… Je me souviens vaguement d’enfants dispersés dans toute la maison car ne voulant pas jouer ensemble. Je crois apercevoir un enfant (Clara?) entourée de papier toilette se prenant pour une momie. Je sais que les parents sont tous venus chercher leurs enfants (quelques années après, s’il en était resté un, on s’en serait rendu compte je pense). J’ai vu leur visage reposé, frais, heureux et surtout reconnaissant d’avoir eu ces quelques heures de tranquillité. Il nous a fallu 5 jours pour tout ranger et nettoyer.
A présent, quelques années ont passé mais Junior se souvient encore de cet anniversaire avec beaucoup d’émotions. Il aimerait trop refaire la fête à la maison avec tous ses copains. Mais c’est non négociable!!!! Chaque année on lui explique: ‘tu sais, on aimerait bien l’organiser à la maison à nouveau mais on ne peut inviter que 5 copains maximum. Tu devras faire un choix, tes copains seront déçus et ne te parleront plus jamais et tu finiras tout seul, abandonné de tous’. On ne le dit peut être pas tout à fait comme ça mais c’est l’idée.
Alors on fait ce que tous les parents en mode survie font: on fait un gros chèque pour que quelqu’un d’autre organise un super anniversaire ailleurs! Le prix de la tranquillité en quelque sorte.
Quoi? Qu’est-ce que tu dis Numérobis? Tu veux faire ton 1er anniversaire à la maison comme Junior? Nooooooooooon!!!

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.